01 février 2015

Les collectivités locales confrontées à une ’’insuffisance notoire’’ de ressources pour la CMU (étude)

483
01 Février 2015 - Les collectivités locales peinent à participer efficacement à la mise en œuvre de la Couverture maladie universelle (CMU), en raison d'une insuffisance notoire de ressources financières permettant de financer le secteur de la santé, révèle une étude de l'Institut panafricain pour la citoyenneté, les consommateurs et le développement (CICODEV).

"Les communes, anciennes comme nouvellement consacrées par l'acte 3 de la décentralisation, font face à une insuffisance notoire de ressources financières pour correctement prendre en charge la compétence santé en général et la CMU en particulier", note cette étude récemment menée dans neuf collectivités locales du Sénégal.

Le document a été rendu public mercredi lors d'une réunion publique d'information sur la Couverture maladie universelle (CMU) à Kébémer, dans la région de Louga (nord).
"Dans toutes les communes où les observateurs ont pu avoir accès aux budgets, le constat est que les ressources financières consacrées au secteur de la santé sont revues à la baisse bien que leur participation au financement de la CMU leur ait été dévolue par le nouveau code général des collectivités locales", lit-on dans ce document.

Il signale que le budget de la commune de Saint-Louis pour l'exercice 2014 a par exemple enregistré une baisse de 9 %, celui de Ziguinchor une réduction de 13 % pour l'exercice en cours.

Le budget de la commune de Tambacounda (est) a pour sa part enregistré une baisse de 12, 5 % par rapport à celui de l'année 2014, tandis que celui de Kolda (sud) a connu une réduction de 4 % par rapport à la même période, selon la même source.

L'une des conséquences de cette baisse généralisée réside dans l'affectation de budgets résiduels affectés à la santé en général et à la CMU en particulier. Il ressort de l'étude, que les collectivités locales allouent en moyenne 1, 5 % de leurs ressources au secteur de la santé pour l'exercice en cours.

Sur cette base, la commune de Kolda va consacrer 1, 5 % de son budget au financement de la santé, contre 3 et 3,5% respectivement pour celle de Wakhinane Nimzat et Kébémer (Nord). Ziguinchor, la capitale sud du pays, va allouer 5, 5 % de son budget à la santé.

Cette situation résulte d'une part de la faible capacité de mobilisation de ressources financières par les collectivités locales, et d'autre part, de leur dépendance quasiment des fonds de dotation de la décentralisation (FDD).

L'ONG CICODEV est l'un des partenaires du ministère de la Santé et de l'Action sociale dans le suivi de la mise en œuvre de la CMU, une initiative du gouvernement sénégalais visant à assurer à la population sénégalaise une couverture maladie à hauteur de 80 % d'ici à 2017.

Source: http://news.adakar.com