19 octobre 2016

Le Sénégal veut devenir une locomotive de l'énergie solaire Featured

492

Pour le Sénégal, le développement des énergies durables n’est plus une utopie. Critiqué pour construire de nouvelles centrales à charbon, le pays est néanmoins lancé dans un fort développement de l’électricité d’origine solaire et éolienne.

Dakar 18/10/2016. Ce samedi, le Sénégal va entrer dans le cercle des états producteurs d’énergie solaire. La centrale de Bokhol, au nord du pays, sera officiellement inaugurée, en grande pompe, par le président Macky Sall. D’une puissance de 20 mégawatts crête, pour un coût de 25 millions d’euros, elle permettra d’alimenter 180 000 foyers dans la zone. Cette première unité sera la plus grande d’Afrique de l’Ouest, mais pour quelques mois seulement.

En mars prochain, la centrale solaire de Santhiou Mékhé sera à son tour lancée, 29 mégawatts crête. En tout, sept projets vont sortir de terre d’ici décembre 2017 sur l’ensemble du territoire. Si l’on additionne toutes ces centrales, c’est une puissance de 140 mégawatts crête qui viendra alimenter le réseau de la Senelec.

Autre projet d’envergure, validé, tous les contrats ont été signés récemment, c’est le parc éolien de Taiba Ndiaye au nord de Thiès. 48 éoliennes seront construites. Puissance totale, 150 mégawatts. Le chantier, prévu en 3 phases va s’étaler jusqu’en janvier 2020. Signe que ce marché est porteur, tous les acteurs étatiques occidentaux, les entreprises privées du monde entier et le Sénégal, via notamment la Caisse des Dépôts investissements dans les énergies durables.

20 % de l’électricité issue du solaire et de l’éolien pour 2020.

Pour l’Etat, l’objectif affiché en 2012 est en passe d’être réussi. En 2020, 20 % de l’électricité produite au Sénégal sera issue du solaire et de l’éolien. Avec une stratégie nationale, les centrales sont en effet implantées dans les différentes régions du pays avec l’idée de créer des emplois, de développer des formations spécifiques à ce secteur d’activité.

Au Sénégal, 57 % des foyers ont accès à l’électricité, en zone rurale, 30 %. L’Etat cherche donc à développer des systèmes solaires hors réseaux. Des systèmes qui sont fiables dans le temps uniquement s’ils sont correctement entretenus, d’où l’importance de former des techniciens qualifiés. En développant rapidement toutes ces centrales, le Sénégal affiche désormais une autre ambition : devenir la locomotive du solaire dans la sous-région.

Source: Guillaume Thibault - rfi.fr

Le Bureau

CICODEV Africa

L'Institut Panafricain pour la Citoyenneté, les Consommateurs et le Développement.

  • +221 33 865 05 01 (9:00 - 18:30 GMT)
  • BP: 24345
  • CP: 12300 Ouakam 
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • 4, Route de l'Aéroport
  • Yoff
  • Dakar - Sénégal

Suivez-nous