15 juin 2015

La finance illicite a fait perdre à l'Afrique 1.300 milliards de dollars US en 40 ans Featured

397

 Les flux financiers illicites provenant notamment de l’évasion et de la fraude fiscales ont engendré en Afrique une perte estimée à...

 

Les flux financiers illicites provenant notamment de l’évasion et de la fraude fiscales ont engendré en Afrique une perte estimée à 1.300 milliards de dollars US, de 1970 à 2010, soit une moyenne de 60 milliards par an, a déclaré le président sénégalais Macky Sall, samedi, à Johannesburg (Afrique du Sud).

"Ce préjudice est estimé à 60 milliards de dollars US (environ 30.000 milliards de francs CFA) par an. C’est plus que l’aide publique au développement [reçue par l’Afrique] et environ autant que les transferts de fonds des émigrés" africains, a souligné M. Sall.

Il présidait la cérémonie d’ouverture de la 33e session du Comité d’orientation des chefs d’Etat et de gouvernement (HSGOC) du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), à l’occasion du 25e sommet de l’Union africaine (7-15 juin), sur le thème de "l’autonomisation des femmes".

Macky Sall, président du HSGOC du NEPAD, est revenu à cette occasion sur les préoccupations dont il a fait part aux chefs d’Etat des pays du G7 réunis dimanche et lundi derniers dans le sud de l’Allemagne, où il représentait l’Afrique au sommet des sept pays les plus industrialisés du monde.

"Le G7 réitère son engagement à travailler avec les pays en développement pour mettre fin à cette véritable hémorragie financière. Beaucoup d’efforts restent à faire dans ce sens", a dit le président sénégalais.

Ce samedi, à Johannesburg, étaient à ses côtés certains de ses homologues du continent, dont le Sud-Africain Jacob Zuma, hôte du 25e sommet de l’UA, et le Zimbabwéen Robert Mugabe, président en exercice de l’Union africaine.

"L’esprit du NEPAD est maintenant bien ancré dans la définition de stratégies de développement à l’échelle du continent. Mais nous avons encore des progrès à faire pour traduire nos engagements en actes", a-t-il constaté.?

"Il en est ainsi de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, à travers les objectifs consignés dans le Plan détaillé pour le développement de l’agriculture. Un continent aussi vaste et aussi riche de son potentiel humain et de ses ressources naturelles doit être à même d’assurer son autosuffisance alimentaire et de contribuer à nourrir le reste du monde. C’est un impératif de premier ordre", a souligné le président Sall.

Il a salué les efforts fournis dans le cadre du Fonds NEPAD/Royaume d’Espagne en vue du "renforcement des capacités techniques agricoles en Afrique, en particulier pour les femmes rurales".

"L’amélioration de la condition féminine en milieu rural est tout à fait cruciale et symbolique", a ajouté M. Sall, en faisant allusion au thème du sommet

Source: http://www.dakaractu.com

Le Bureau

CICODEV Africa

L'Institut Panafricain pour la Citoyenneté, les Consommateurs et le Développement.

  • +221 33 865 05 01 (9:00 - 18:30 GMT)
  • BP: 24345
  • CP: 12300 Ouakam 
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • 4, Route de l'Aéroport
  • Yoff
  • Dakar - Sénégal

Suivez-nous