23 mai 2015

Problème foncier au Sénégal: «la loi n'est plus adaptée» Featured

1003

La Coalition internationale pour l'accès à la terre a choisi cette année le Sénégal pour abriter la 7e édition du forum foncier mondial qui se tient tous les deux ans. Du 12 au 16 mai, environ 700 organisations de la société civile, des organisations paysannes, des experts, également des bailleurs et des hommes politiques ont réfléchi ensemble. Cheikh Oumar Ba dirige l'IPAR (Initiative prospective agricole et rurale) qui fait partie du comité d'organisation du forum foncier mondial. Il répond aux questions de Carine Frenk...

 

« L'essentiel des terres du Sénégal sont des terres du domaine national qui n'appartiennent pas aux personnes qui les exploitent, car la loi de 1964 avait supprimé les droits coutumiers. Or, les pratiques courantes font que ceux qui cultivent les terres de façon régulière considèrent que ces terres leur appartiennent, que ce sont leurs terres, les terres de leurs parents.

Mais sur le plan juridique, ces terres ne leur appartiennent pas ; c'est pourquoi ils sont relativement dans l'insécurité foncière parce qu'à tout moment, l'État pour des raisons d'utilité publique peut venir et reprendre ses terres. Les collectivités locales peuvent faire la même chose, donc cela pose un problème d'insécurité foncière. »

Le Bureau

CICODEV Africa

L'Institut Panafricain pour la Citoyenneté, les Consommateurs et le Développement.

  • +221 33 865 05 01 (9:00 - 18:30 GMT)
  • BP: 24345
  • CP: 12300 Ouakam 
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • 4, Route de l'Aéroport
  • Yoff
  • Dakar - Sénégal

Suivez-nous